La conduite accompagnée / supervisée

Il existe d'autres formules d'apprentissage qui augmentent vos chances d'obtenir le permis de conduire, en particulier :
  • l'apprentissage anticipé de la conduite (AAC) qui peut être pratiqué dès 16 ans ;
  • la conduite supervisée qui peut être pratiquée à partir de 18 ans ;

L'apprentissage anticipé de la conduite


Vous pouvez choisir d’apprendre à conduire dès l'âge de 16 ans avec la conduite accompagnée. En 2014, 197 717 permis de conduire de la catégorie B ont été délivrés via la filière de l'apprentissage anticipé de la conduite (AAC). À ce jour, et après plus de 20 ans d’existence, cette filière d’apprentissage de la conduite est suivie par seulement 24 % d'apprentis conducteurs, alors que cette formation « au long cours » réduit de manière notable l'accidentalité chez les conducteurs novices et enregistre un meilleur taux de réussite à l’examen : 75,5 % de réussite contre 60 % par la filière traditionnelle.

La conduite accompagnée a un autre avantage : une période de permis probatoire réduite pour les candidats « AAC » : les nouveaux titulaires disposent d'un capital initial de 6 points sur leur permis. Pour en obtenir 12, ils devront attendre 3 ans sans commettre d’infraction s’ils sont passés par la filière traditionnelle d’apprentissage de la conduite, mais seulement 2 ans via l'AAC. Les conditions pour bénéficier cette formule sont les suivantes :

  • être âgé d’au moins 16 ans (et moins de 18 ans) ;
  • avoir l’accord de son représentant légal et de l’assureur du véhicule ;
  • être titulaire de l'attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) de niveau 2, passée en classe de 3e, ou de l’attestation de sécurité routière (ASR).

Une fois l’examen du code obtenu, et lorsque votre niveau de conduite sera jugé satisfaisant par l’auto-école (après au moins 20 heures de leçons ou davantage si l’enseignant le juge nécessaire), vous pourrez commencer à conduire avec un accompagnateur.

L’enseignant vous délivrera une attestation de fin de formation initiale (AFFI). Un volet de cette attestation devra être remis à l’assureur du véhicule que vous utiliserez pendant la conduite accompagnée. L’accord de l’assurance est obligatoire avant de prendre le volant.

La conduite avec l’accompagnateur se déroule sur une durée minimale d’un an. Durant cette période, vous devrez parcourir au minimum 3 000 kilomètres.

L’auto-école doit organiser deux rendez-vous pédagogiques avec l'élève, l’un après 6 à 8 mois de conduite (et environ 1 000 kilomètres parcourus), l’autre à l’issue des 3 000 km. C’est lors du deuxième rendez-vous que le formateur décidera si vous êtes est prêt à passer l'épreuve pratique du permis de conduire.

La conduite supervisée


Ce dispositif prévu par l’article R.211-5-1 du code de la route est réservé aux jeunes d’au moins 18 ans. Il est plus souple que l’apprentissage anticipé de la conduite (voir ci-dessus). La conduite supervisée se déroule avec un accompagnateur pendant au moins 3 mois et sur 1 000 kilomètres minimum.

Après avoir obtenu son code, et après une phase initiale de cours de conduite (au moins 20 heures) avec un moniteur d’auto-école, le candidat peut être autorisé à prendre le volant avec un accompagnateur. Il peut ainsi se perfectionner, sans rien débourser, avant de passer son examen. Cette formule est également intéressante après un échec, puisqu’elle permet à l’élève de continuer à conduire sans avoir à payer trop de leçons supplémentaires.

C’est à l’auto-école de fixer le moment où elle estime le candidat prêt à prendre le volant avec son accompagnateur. Elle doit alors lui remettre une attestation de fin de formation initiale (AFFI). Ce document devra être transmis à l’assureur du véhicule servant à la “conduite supervisée”. Son accord doit être obtenu avant le début de la conduite supervisée.

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à mesurer et améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de protection des données personnelles.